Portrait d'un extravagant


Les poètes font très souvent allusion à l'habitude des riches (voire parfois des riches ruinés), de se faire accompagner par une foule de gens , parmi lesquels figurent des esclaves (Horace, Juvénal, Martial)

Souvent il [= Tigellius, un fameux chanteur sarde] avait deux cents esclaves, souvent dix seulement ; tantôt il n'avait à la bouche que rois, que tétrarques, rien enfin que des grandeurs, tantôt il s'écriait : " Je ne souhaite qu'une table à trois pieds, une coquille de simple sel, une toge qui me défende du froid, si grossière qu'elle puisse être. "
Horace, Satires, I, III, v.11-15


La familia urbana