Le souvenir de Spartacus



Dans le même temps, des gladiateurs stationnés dans la ville de Préneste, tentèrent une évasion, mais furent arrêtés par le poste militaire chargé de les surveiller ; déjà on évoquait Spartacus et les malheurs anciens dans les conversations du peuple, tant il désire et redoute à la fois les révolutions.
Tacite, Annales, XV, 46

Un chef numide, Tacfarinas, en guerre contre Rome, réclame, par une ambassade, un établissement pour lui-même et son armée ou menace d'une guerre interminable.
Jamais, dit-on, aucun affront envers lui ou le peuple romain n'avait autant indigné César (=l'empereur Tibère) que de voir un déserteur et un brigand se comporter en ennemi, Spartacus lui-même, qui, après avoir infligé tant de défaites à des armées consulaires, incendiait l'Italie impunément, ne put obtenir, malgré l'ébranlement causé à l'État par les grandes guerres de Sertorius et de Mithridate, qu'un traité garantît sa soumission, et le peuple romain, au faîte de la gloire, accepterait le rachat d'un voleur comme Tacfarinas au prix de la paix et d'une concession de terres
Tacite, Annales, III, 73

La guerre de Spartacus