Légitimation de l'adultère


 Il pouvait arriver néanmoins qu'un vieillard eût une jeune femme. Or, voyant qu'à cet âge, on gardait sa femme avec un soin jaloux, Lycurgue fit une loi à l'encontre de cette jalousie, et voulût que le vieillard, choisissant un homme dont il admirât les qualités physiques et morales, l'amenât à sa femme pour lui faire des enfants.

Si, d'autre part, un homme ne voulait pas cohabiter avec une femme et désirait pourtant avoir des enfants qui lui fissent honneur, Lycurgue l'autorisa à choisir une femme qui fût mère d'une belle famille et de bonne race, et s'il obtenait le consentement du mari d'avoir des enfants d'elle. 

Xénophon, République des Lacédémoniens, I, 7-8


Condition de la femme en Grèce