Condition de la femme en Grèce


Eternelle mineure, elle reste toute sa vie sous la dépendance d'un maître (kurios) qui peut être son père, son époux, son fils ou un tuteur désigné par ceux-ci. C'est ce kurios qui la marie, sans que son consentement soit nécessaire, qui dépose pour elle auprès de l'archonte, dans certains cas exceptionnels, une demande de divorce (Euripide , Médée) et récupère alors la dot, puisque la femme ne peut rien posséder en propre.

La condition des femmes a varié selon les lieux (Athènes ou Sparte par exemple) et selon les époques. Elles avaient sans doute plus de liberté à l'époque homérique et archaïque qu'à celle de Périclès. Au V° et IV° siècles en effet, elles sont rigoureusement exclues de la vie de la cité et confinées à l'intérieur de la maison. L'idée d'une "nature" différente chez l'homme et la femme permet d'ailleurs de justifier la stricte séparation des rôles et des espaces dévolus à chacun. (Xénophon, Economique)

Jusqu'à leur mariage les jeunes filles ("parthénoi") grandissent à l'ombre du "gynécée", appartement réservé aux femmes (de "gunè", femme, et "oikia", maison). Elles ne peuvent en sortir que pour de rares occasions, la fête des Panathénées par exemple, puisqu'elles participent à la procession. Le reste du temps, elles doivent se tenir à l'écart de tous les regards masculins, même ceux de leur propre famille. Elles n'apprennent que les travaux ménagers et quelques rudiments de calcul, lecture, musique auprès d'un membre de la famille ou de la domesticité. ( Xénophon, Economique)

Une fois mariées, elles restent encore recluses à la maison. Mais cette règle s'applique moins rigoureusement aux femmes des classes pauvres (Ménandre, fragment 546) qui n'ont pas d'esclaves pour faire leurs courses et doivent contribuer elles-mêmes aux recettes du ménage, la mère d'Euripide par exemple vendait des légumes sur l'agora. Elles peuvent se recevoir entre elles mais les seules occasions de paraître en public sont certaines fêtes religieuses ou cérémonies familiales. (Lysias, Sur le meurtre d'Eratosthène)

Par rapport à l'"oikos" - terme qui signifie à la fois la cellule familiale et le patrimoine - leur fonction est double. Elles doivent d'abord assurer la continuation de la famille en donnant à l'époux une descendance légitime, des enfants mâles qui prendront soin de leurs parents dans leur vieillesse, continueront le culte familial et hériteront de l'"oikos" .

Cette nécessité de prolonger la famille explique la sévérité avec laquelle est punie l'adultère de la femme : en cas de flagrant délit, le mari a le droit de tuer l'amant. () Il est tenu sous peine d'"atimie" (privation des droits civiques), de répudier la femme et celle ci est exclue des cultes de la cité.

La loi qui oblige la fille "épiclère" (seule héritière du bien paternel en l'absence de tout héritier mâle) à épouser son plus proche parent dans la lignée paternelle montre aussi que le mariage est destiné essentiellement à prolonger et à transmettre l'"oikos".

Le second rôle de l'épouse est de gérer et faire fructifier l'"oikos". C'est l'"oikonomia", art royal (Xénophon, Economique) qu'Ischomaque, dans "L'Economique" de Xénophon, enseigne à sa jeune épouse. ( Xénophon, Economique)

Les femmes mariées ont très peu d'intimité avec leur époux qui, occupé par ses fonctions de citoyen, passe ses journées sur l'agora et dans les diverses assemblées. ( Xénophon, Economique) Elles n'assistent pas aux réceptions qu'il donne dans l'"andron" (appartement des hommes) bien séparé du gynécée et ne l'accompagnent pas lorsqu'il est invité chez des amis.

Il est d'ailleurs tout à fait admis que l'homme ait d'autres partenaires. (Pseudo Démosthène, Contre Néaîra) Il introduit souvent à la maison, en plus de sa femme légitime, une concubine, la "pallaké". C'est souvent une femme de famille pauvre cédée par un père qui n'a pas pu la doter. Ce peut être aussi une étrangère, incapable de prétendre à un mariage légitime. (Plutarque, Eroticos)

Pendant la guerre du Péloponnèse, pour lutter contre la dépopulation, tout Athénien fut autorisé à avoir des enfants légitimes d'une concubine en plus de ceux que lui donnait son épouse. Socrate d'ailleurs semble avoir eu une seconde femme : Myrto, en plus de son acariâtre épouse, Xantippe. Périclès, lui, répudia sa femme légitime pour vivre avec la belle et brillante Milésienne, Aspasie, dont la culture et le genre de vie scandalisaient nombre d'Athéniens. (Plutarque, Vie de Périclès)

Aspasie faisait partie de ces "étairai", courtisanes cultivées, riches et indépendantes qui se multiplient à la fin du IV° siècle. Phryné, autre courtisane, qui servit de modèle à Praxitèle (pour l'Aphrodite de Cnide notamment) devint extrêmement riche et célèbre.(On sait comment, accusée par un de ses anciens amants, elle fut défendue par l'orateur Hypéride : il n'hésita pas à la dénuder pour attirer sur elle l'indulgence des juges.)

Mais il y avait aussi des prostituées esclaves, misérables et incultes, les "pornai", qui travaillaient dans des auberges, au Pirée notamment. La majorité des femmes esclaves étaient employées à des tâches domestiques, sous les ordres de la maîtresse de maison (filer et tisser, préparer les repas, s'occuper des enfants). Elles n'avaient aucune vie de famille et leurs enfants étaient souvent le fruit de relations imposées par le maître. ()

A Sparte, la vie des femmes semble avoir été très différente. Elles devaient être de constitution robuste pour donner à la cité des enfants vigoureux qui puissent devenir de bons soldats.On faisait donc faire aux jeunes filles beaucoup d'exercices physiques. (Xénophon, La République des Lacédémoniens) Elles les pratiquaient en plein air, en compagnie des garçons et souvent peu vêtues (Xénophon, République des Lacédémoniens) , ce qui choquait beaucoup les Athéniens. (Euripide, Andromaque)

C'était dans le même souci d'eugénisme que Lycurgue, le législateur légendaire de Sparte, aurait réglementé les relations des jeunes époux (Xénophon, République des Lacédémoniens) et recommandé, dans certains cas, l'adultère. (Xénophon, République des Lacédémoniens) La femme n'était donc considérée que comme un instrument de procréation , au même titre que les chiennes ou les juments. (Xénophon, République des Lacédémoniens) Mais à l'époque classique ces lois n'étaient plus appliquées et les femmes Spartiates avaient plus de liberté qu'à Athènes : elles pouvaient être propriétaires de leur dot et jouer même un certain rôle politique.

 

 

femme

La vie dans la cité et hors de la cité

Musée Vivant de l'Antiquité