Latin et orthographe française


Introduction Activités

Introduction

Les mots français d'origine populaire sont, dans leur forme, plus ou moins proches des mots latins dont ils sont issus. Leur orthographe a beaucoup varié dans le temps et celle que nous connaissons n'est pas toujours l'aboutissement d'une évolution naturelle, elle dépend aussi des interventions des clercs et scribes qui ont fait en sorte que le mot français se présentât dans une forme plus proche du modèle latin.

Ainsi digitum, dans une forme simplifiée ditu, aboutit normalement à doit. La forme doigt est refaite sur digitum. Computare donne conter. Compter est refait à la ressemblance du computare. Conter et compter sont des doublets.

Cette réfection est quelquefois fantaisiste : le p de dompter n'a aucune justification étymologique, domitare aboutissant normalement à donter.

Cette insertion de lettres qui avaient disparu ou parasites entraîne un changement dans la prononciation du mot : dompter. Autres exemples : obscur, refait sur obscurum qui aboutit normalement à oscur. S'obstiner (obstinare/ostiner). Subtil (subtilis/sotil).

Les plus beaux exemples sont sans doute dompter et dompteur dans lesquels on écrit un p qui n'a jamais existé.

Activités

1) Les mots suivants comportent des consonnes dites muettes héritées du latin : grand, sang, univers, vingt, prompt, mort, pouls, lent. Citer pour chacun d'eux un ou plusieurs mots où cette consonne est prononcée. Chercher d'autres exemples.

Attention ! Dans prompte ou promptitude, le p ne doit pas se prononcer.

2) Chercher, seul ou en groupe, des mots français dont l'orthographe bizarre s'explique par la graphie du mot d'origine (ou parfois supposé d'origine).

3) Une orthographe étymologique peut rendre sensibles les liens de famille entre les mots. Montrez-le à propos de doigt/digitum, temps/tempus, corps/corpus.

4) La connaissance de l'étymologie d'un mot peut faire comprendre le rapport qu'il entretient avec un mot de forme apparemment éloignée. Exemple : bos, bovis, accusatif bovem donne boeuf. Sur le radical bov- : bovin, bovidé.

Après avoir vérifié l'étymologie du mot, citer ceux qui sont construits sur le radical savant : oeil, cuir, pied, foi, cerf.

5)- Quand vous comparez les mots français qui suivent avec le mot latin d'origine, quelle constatation faites-vous ?

Chien/canem, cher/carum, char/carrum, champ/campum, chat/cattum, cheval/caballum, chanter/cantare.

Pouvez-vous trouver d'autres exemples ?

6) Pourquoi, à votre avis, l'a latin d'un mot, qui portait l'accent se transforme en e ou en a dans les mots suivants ?

Cher/carum

mer/mare

fève/fabam

nez/nasum

pré/pratum

grève/gravem

chat/cattum

char/carrum

cheval/caballum

vache/vaccam

table/tab(u)lam

Si vous donnez une réponse juste, vous aurez découvert deux lois fondamentales de la phonétique française (phonétique : science qui traite de sons et de leur évolution).

Solution des activités

Introduction Activités Gymnastique linguistique