L'histoire de la naissance des classes de mots


Des mots techniques commencent à apparaître en Grèce au IVe siècle av. J.-C., mais ils ne sont pas employés par des spécialistes de la grammaire, mais par des gens qui s'intéressaient au langage comme instrument de raisonnement et de persuasion (le mot logos en grec désigne de fait à la fois le discours et la raison) : les philosophes et les sophistes.

Platon (428-348 av. J.-C.) commence par distinguer deux parties de l'énoncé : le nom (onoma), qui est ce dont on parle, et le verbe (rhêma), qui est ce qu'on en dit.

Aristote (384-322 av. J.-C.) reprend la même analyse, en notant qu'en dehors de cet énoncé simple, on peut relier des éléments (il introduit entre autres le terme de sundésmos, qui servira à fabriquer le mot conjonction), et qu'on peut donner au nom d'autres fonctions que d'être le point de départ de ce qu'on va dire, et au verbe d'autres fonctions que d'affirmer quelque chose d'un nom. La notion de ptôsis (chute, écart par rapport à une norme) qui désigne toutes ces autres fonctions, aussi bien pour le verbe que le nom, est à l'origine de ce qu'on a appelé casus (cas) pour le nom et flexio (flexion, conjugaison) pour le verbe.

Ce sont les Stoïciens (IIIe- 1er siècle av. J.-C.) qui ont réservé la ptôsis (casus, cas) au nom. Mais ils ont inventé bien d'autres choses :

- ils sont à l'origine de notre distinction nom propre (ils gardent pour cela onoma) - nom commun (prosêgoria, appellation) parce que pour eux il est très important logiquement de distinguer entre un individu et une classe partageant des propriétés communes.

- ils introduisent le terme d'arthron (articulus, article), désignant à la fois le démonstratif et ce que nous appelons l'article, pour la même raison logique : dire "Cet homme marche", c'est faire jouer au langage un rôle plus concret de référence au monde réel que "(un) homme marche".

- ils reprennent le terme de sundésmos (coniunctio, conjonction) pour lui faire jouer un rôle de pivot du raisonnement : elles permettent de joindre deux propositions simples pour faire un énoncé complexe, de type causal, hypothétique etc.

Mais ce sont les Alexandrins (IIIe siècle av. J.-C. - IIe siècle ap. J.-C.), qui ont été les premiers à inventorier les textes et à les étudier, dans le cadre de la fameuse Bibliothèque d'Alexandrie et du Musée (lieu consacré aux Muses, sorte de conservatoire des Lettres, des sciences et ses arts), qui ont constitué, au moment où la langue grecque était menacée à la fois par sa vulgarisation comme langue du commerce en Orient (la koinê, langue commune) et la concurrence d'autres langues (latin, araméen), une véritable grammaire de la langue grecque homérique et classique. Leur propos n'est plus philosophique, mais vraiment linguistique. Ce sont les premiers grammairiens de profession.

Peu à peu va se fixer un modèle de grammaire comportant huit classes de mots :
(La grammaire la plus connue est la Téchnê Grammatikê de Denys le Thrace, qui vivait à la fin du IIe siècle av. J.-C.)

On remarque tout de suite, par rapport à nos habitudes, l'absence de l'adjectif et de l'interjection.

- l'adjectif (épithétos) est considéré comme une subdivision du nom. Il en a en effet toutes les propriétés (cas, genre, nombre). Ce n'est qu'au Moyen Age qu'on fera de l'opposition nomen substantiuum / nomen adjectiuum une distinction essentielle à l'intérieur du nom. Au XVIIe siècle, on opposait encore nom substantif à nom adjectif. C'est par souci de simplification que Lhomond, l'auteur du De Viris illustribus, mais aussi d'une grammaire latine et d'une grammaire française dans les années 1780, sépare radicalement l'adjectif du nom.

- l'interjection (interiectio, mot que l'on jette au milieu de la phrase pour exprimer un sentiment) n'apparaît que dans la grammaire latine impériale (vers le IIIe siècle ap. J.-C.), pour compenser peut-être l'absence d'article en latin et garder le nombre canonique de huit "parties du discours" (partes orationis, c'est ainsi que les Latins appelaient nos classes ou espèces de mots)

Les Latins auront en effet eux aussi huit classes de mots : ce qui apparaît dans la grammaire latine la plus connue, l'Ars Minor ("http://ccat.sas.upenn.edu/jod/texts/donatus.4.html")de Donat , Aelius Donatus (IVe siècle ap. J.-C.).

L'adiectiuum n'est qu'une subdivision du nom, et l'articulus un cas particulier d'un pronom (hic, haec, hoc employé à côté d'un nom).



Aux origines de la grammaire