une belle bagarre


Le jeune Théodote a été attaqué dans la rue

Théodote s'était réfugié dans un atelier de foulon ; ils s'y précipitent à sa suite et l'en arrachent de force ; il appelait au secours, criait, prenait les gens à témoin. On accourt en foule; on s'indigne à ce spectacle, on dit que c'est révoltant ce qui se passe là.

Mais ils se moquent bien, eux, de ce qu'on dit : voyant Molon, le foulon et d'autres qui se mettaient en devoir de prêter main forte, ils tapent tous dessus. [...] Moi, [...] je les rencontre. Je me dis que c'était trop fort et que je ne pouvais sans honte laisser injustement brutaliser ce jeune homme. Je m'accroche à lui, en leur demandant pourquoi ils le molestent de la sorte; ils refusent de me répondre et, le lâchant, se mettent à me frapper.

Une bataille commence alors : le jeune garçon leur jette des projectiles ; moi, je me gare ; à leur tour, ils nous jettent des pierres [...] ; les spectateurs, prenant parti pour nous, viennent tous à notre secours et, dans la bagarre, nous avons tous la tête endommagée.

Lysias, Contre Simon, 15-19


Jeux et distractions des adultes dans le privé