Les mystères d'Eleusis


(Démèter) fit aussitôt des labours féconds lever le grain : toute entière la vaste terre se chargea de feuilles et de fleurs. Puis elle s'en fut enseigner aux rois justiciers [...] l'accomplissement du ministère sacré ; elle leur révéla à tous les beaux rites, les rites augustes qu'il est impossible de transgresser, de pénétrer ni de divulguer.

Ce respect des déesses (=Démèter et sa fille) est si fort qu'il arrête la voix. Heureux qui possède, parmi les hommes de la terre, la Vision de ces mystères ! Au contraire, celui qui n'est pas initié aux saints rites et celui qui n'y participe point n'ont pas le semblable destin, même lorsqu'ils sont morts dans les moites ténèbres.

Homère, Hymne à Démèter, v. 470-482


Les fêtes religieuses