Les jeux votifs


Au moment où ces nouvelles arrivèrent d'Espagne, on célébrait pour des motifs religieux les jeux Tauriens, qui durèrent deux jours.

Notes : Espagne. nous sommes en 186 av. J.C.. Les Romains mènent dans ce pays, depuis plusieurs années, avec des fortunes diverses, une guerre acharnée contre les Celtibères.
Jeux Tauriens. explication incertaine. Selon certains, ils portent ce nom parce qu'on y sacrifiait des taureaux.
Selon d'autres, ils auraient été institués sous Tarquin l'Ancien, en l'honneur des dieux infernaux. Une maladie qui frappait les femmes enceintes avait été occasionnée par la consommation de la viande de taureaux.

Puis M.. Fulvius fit représenter, pendant dix autres jours, avec un pompeux appareil, les jeux qu'il avait voués durant la guerre d'Etolie. (région de la Grèce centrale située au nord du golfe de Corinthe).

Note : Le consul M. Fulvius Nobilior avait vaincu et soumis les Etoliens en 189 av. J.C. et prélevé un riche butin.

Grand nombre d'artistes vinrent en cette occasion de la Grèce à Rome. Ce fut aussi la première fois que les Romains jouirent du spectacle d'athlètes et d'une chasse de lions et de panthères : la magnificence et la variété de cette fête furent dignes du luxe de l'époque.
On offrit ensuite un sacrifice novendial (= qui dure neuf jours), parce qu'il était tombé pendant trois jours une pluie de pierres dans le Picenum (région située sur la mer adriatique (mare superum), au N.N.E. de Rome (Ancône )), et qu'on avait vu, disait-on, en plusieurs endroits. apparaître des feux follets, dont la flamme légère avait brûlé les vêtements de diverses personnes.
On ajouta à ces cérémonies, en vertu d'un décret des pontifes, un jour de supplications, parce que le temple d'Ops (déesse de l'Abondance, peut-être d'origine sabine), dans le Capitole, avait été frappé de la foudre. Les consuls immolèrent les grandes victimes pour conjurer ces prodiges et purifièrent la ville.

Tite Live, Histoire romaine, XXXIX, XX (traduction Nisard 1839)


Les jeux et les fêtes de la Cité