Le dictateur Fabius voue aux dieux ...


Il n'était permis à personne d'autre (que le dictateur Fabius) de savoir ce qu'on y lisait (= dans les livres secrets, appelés livres sibyllins, qui contiennent des prédictions) ; le dictateur s'étant avancé en présence de la foule. voua aux dieux tout ce que les chèvres les brebis et les vaches mettraient bas dans l'année, tout ce que les monts, les plaines, les rivières et les prés d'Italie nourriraient dans la saison prochaine, il promit de l'immoler entièrement ; il promit aussi de célébrer des fêtes musicales et des jeux scéniques.

[...]

Plutarque, Fabius Maximus 4. 6


Les jeux et les fêtes de la Cité