Les jeux et les fêtes de la Cité sous la République, solennités religieuses


A la fin de la République, les jeux et les fêtes sont très nombreux et occupent chaque année Plus de soixante-quinze jours.

Ils ont été institués à différentes époques ; les plus anciens - les ludi consuales (ou consualia) en l'honneur du dieu agraire Consus - remontent à Romulus : ce serait lors de leur célébration qu'aurait eu lieu l'enlèvement des Sabines. (Tite Live)

Donnés entre avril et décembre, en général pour honorer des divinités telles que Cybéle (ludi mégalenses), Cérés (ludi cériales) Apollon (ludi apollinares), Jupiter (ludi Romani ou ludi magni) etc., ils sont organisés par les magistrats chargés d'administrer la ville, les deux édiles curules et les deux édiles plébéiens, par le préteur urbain pour les ludi apollinares, et donnent lieu à des manifestations spectaculaires : (procession solennelle, (Juvénal) théâtre, jeux du cirque, combats d'animaux sauvages).

C'est pour leur donner un cadre digne d'eux que Tarquin l'Ancien fit construire le Circus Maximus et rendit annuelle la célébration des Ludi Romani. Ils occupent la journée entière et durent plusieurs jours.

Les consuls et les édiles, dans l'exercice de leurs fonctions au service de l'Etat, des particuliers, sous la surveillance des magistrats, organisent des jeux votifs (Tite Live Plutarque) (Ludi votivi), pour obtenir la faveur des dieux.

Un candidat à une élection, dans l'espoir de gagner des voix, un homme politique qui en attend une popularité plus grande, (Suétone) font de même.

A ces grandes manifestations s'ajoute la célébration d'un très grand nombre de fêtes ayant un caractère agricole (Cicéron) et guerrier (les Romains sont un peuple de paysans et de soldats) ou destinées à protéger la cité de la malveillance des dieux ou des morts.

Elles ont lieu à date fixe, occupent elles aussi une ou plusieurs journées et donnent lieu à des réjouissances populaires. (Ovide)

Une des plus connues, les Saturnales, a pris une très grande place sous l'Empire. (Horace, Satires Sénèque, Lettres à Lucilius Pline le Jeune, Lettres) Célébrées en l'honneur de Saturne, dieu du règne de l'âge d'or, elle durait deux jours, du 17 au 19 décembre. Cette durée passera à cinq jours et s'étendra même à un mois entier aux dires de certains auteurs.

On constate donc une véritable continuité dans la célébration des fêtes de la Royauté à l'Empire.

D'autres pratiques religieuses ont. un caractère plus rare ou exceptionnel, par exemple la devotio. un général, dans l'espoir de rétablir une situation critique, au cours d'une bataille, voue aux dieux infernaux l'armée ennemie, un de ses propres soldats, voire lui-même, tel Décius.

Le lectisterne est un festin offert aux dieux ou aux déesses par l'intermédiaire des statues qui les représentent.


Jeux et distractions La vie dans la cité et hors de la cité Musée Vivant de l'Antiquité