plus d'ardeur que la chose ne le mérite


Cicéron , constatant que le désir d'apprendre est insatiable, le compare à la volonté de devenir très fort à certains jeux. Il écrit :

C'est comme si je voulais , moi, devenir de première force aux dés ou à la paume: je m'y adonnerais avec passion, quand même je serais peut-être incapable d'y réussir ; par contre, d'autres parce qu'ils excellent à ces jeux, s'y livrent avec plus d'ardeur que la chose ne le mérite.

Cicéron, De l'Orateur III, 88


Jeux et distractions privés