Horreur et réprobation

De tous les spectacles que nous avons décrits les combats de gladiateurs ne sont pas les plus cruels : les boucheries, organisées de la naumachie, les tortures raffinées des "drames mythologiques" où le déguisement portait la mort du "héros" au comble de la solitude, pour ne pas parler de l'exécution en masse des condamnés livrés aux bêtes offrent à notre sensibilité des images beaucoup plus intolérables. MAIS CE SONT LES PLUS CONNUS ET CEUX PAR CONSÉQUENT, QUE L'ON SONGE D'ABORD à CONDAMNER. Or la possibilité de pareille réprobation effleura à peine l'esprit des Romains.

Roland Auguet, Cruauté et civilisation, les jeux romains (1970)



Attitude des Romains à l'égard des spectacles