LES DIFFERENTS TYPES DE SPECTACLES


La variété des spectacles, exceptionnelle sous la République, est devenue de plus en plus large avec le temps : pour nous, les images les plus connues sont le combat des gladiateurs, la mise à mort des vaincus et des condamnés, en particulier des chrétiens livrés aux fauves. En fait les spectacles offrent des aspects bien plus divers (Suétone, César, Ovide, l'Art d'aimer, Cicéron, Lettres, Tacite, Annales, Suétone, Claude, Suétone, Claude) : combat de deux hommes entre eux, combat de deux troupes armées, lutte contre des animaux (chasses), lutte d'animaux les uns contre les autres, hommes désarmés livrés aux bêtes, combats navals, représentations théâtrales à l'issue desquelles l'acteur qui joue le rôle d'un personnage légendaire, ou plutôt celui qu'on lui substitue au dernier moment, meurt pour de bon. Le spectacle consiste même parfois en des parodies de combats. Tous ces spectacles sont régis par des règles strictes qui témoignent de l'imagination de ceux qui les ont inventés et "améliorés", mais aussi de leur cruauté. Ils coûtent cher aux organisateurs. Sous la République, on l'a vu, ils sont un moyen pour les ambitieux, de se concilier les faveurs de la plèbe. Sous l'Empire, à partir de Domitien ( 81-96 ap. J.C.) si les magistrats et les Particuliers peuvent encore se permettre d'en donner dans les villes de province, dans la Ville par excellence ( Urbs en latin), Rome, personne n'oserait, sauf dans des périodes autorisées, très limitées dans le temps, imiter les ancêtres. Le Prince est devenu le seul dispensateur de ces festivités, marque de la Puissance et de la richesse de l'Etat, donc de la sienne, moyen d'asseoir son pouvoir sur les foules.


amphithéâtre  Spectacles Jeux et distractions