le métier d'acteur est déconsidéré


Cependant les désordres au théâtre, qui avaient commencé l'année précédente, se reproduisirent avec plus de violence il y eut des morts, non seulement dans la plèbe, mais des soldats et un centurion, et un tribun d'une cohorte prétorienne fut blessé tandis qu'il tentait d'empêcher que l'on insultât les magistrats et de ramener le calme dans le public. Cette sédition fit l'objet d'un débat du sénat et l'on proposait que les préteurs aient le droit de battre de verges les histrions.

Haterius Agrippa s'y opposa, comme tribun de la plèbe, et il fut vivement attaqué par un discours d'Asinius Gallus, pendant que Tibère se taisait, et donnait au sénat des simulacres de liberté.

L'opposition du tribun l'emporta cependant, parce que le dieu Auguste avait autrefois déclaré dans une réponse que les histrions ne pouvaient être battus de verges et Tibère considérait qu'il serait sacrilège de ne pas respecter ses paroles.

Concernant les limites du salaire des acteurs et les excès de leurs partisans on prend toute une série de mesures ; les plus remarquables étaient l'interdiction, à un sénateur de pénétrer dans la maison d'un pantomime, aux chevaliers romains de leur faire cortège lorsqu'ils sortiraient sur la voie publique ou aux ,acteurs de s'exhiber ailleurs qu'au théâtre, et le droit donné aux préteurs de punir d'exil les désordres causés par les spectateurs.

Tacite, Annales, I, LXXVII


Le théâtre