Histoire de ces spectacles


Les inventeurs des combats de gladiateurs seraient les Etrusques chez qui, lors des funérailles de personnages importants, ils auraient été substitués aux sacrifices de prisonniers de guerre. Les combats de gladiateurs, si horribles qu'ils aient été, ont représenté, un progrès puisqu'ils se sont substitués, à l'origine, chez les Etrusques, aux sacrifices humains. Attestés dans l'Iliade par les historiens et dans la peinture (tombes, vases, urnes. sarcophages), ceux-ci n'ont d'ailleurs jamais disparu complètement. (Homère, Iliade Hérodote, Histoire Tite Live, Histoire romaine Suétone, Vie des douze Césars)

Ces combats sanglants auraient été introduits à Rome entre 300 et 250 avant Jésus Christ (peut-être en 264 ).

Mais auparavant, ils s'étaient répandus et développés en Campanie, un peuple de cette région, les Samnites, fournissant en abondance les combattants nécessaires. D'un rite funéraire privé, hommage dû et rendu au défunt - d'où le nom de munus (=devoir) attribué à cette pratique (au pluriel munera, très souvent employé) - on est passé à un spectacle public qui, très tôt, en prenant de l'ampleur (le nombre des combattants, faible au début, augmente sans cesse) a recueilli les faveurs du peuple.
Les combats deviennent un spectacle dès la fin du second siècle avant JC. Dans le courant du Ier avant JC, ils servent les ambitions des hommes politiques qui y engloutissent des sommes énormes (Suétone, César Suétone, Auguste). L'hommage rendu à un mort passe au second plan. Pour satisfaire un public de plus en plus exigeant, le spectacle, déjà sous la République, puis davantage encore sous l'Empire, devient grandiose (Calpurnius, Eglogues).


amphithéâtre  Spectacles Jeux et distractions