La justice à Athènes

Les instances

L'Ecclésia reçoit les accusations mais les renvoie généralement devant l'Héliée, tribunal du peuple : la Boulè enquête sur les accusations de haute trahison. Ces archontes instruisent les procès intéressant les familles (Premier archonte), les impiétés et les meurtres (archonte-roi), les métèques et les étrangers (polémarques) ; les thesmothètes s'occupent des autres affaires. Les Onze (Aristote, Constitution d'Athènes) jugent de manière expéditive les flagrants délits de meurtre et d'incendies.

La procédure

Les causes sont publiques (graphai) ou privées (dikai) ; le magistrat instruit le procès et fixe le jour de réunion du tribunal ; à l'audience, chaque partie plaide elle-même sa cause (souvent elle récite le plaidoyer préparé par un logographe) ; le temps de parole est mesuré par une horloge à eau (clepsydre)(Aristote, Constitution d'Athènes). Les délateurs (sycophantes) (Hypéride, Pour Euxénippe) sont punis s'ils n'obtiennent pas au moins un cinquième des voix du jury.

La justice criminelle relève :

- de l'Aréopage (Eschyle , Les Euménides) qui siège sur la colline d'Arès, est présidé par l'archonte-roi, juge des crimes commis volontairement et contre les oliviers sacrés ; avant le procès, l'accusé peut s'exiler de lui-même.

- des Ephètes (51 citoyens de plus de 50 ans) qui jugent des crimes involontaires ou excusables.

La justice civile

- les affaires mineures sont réparties entre les Trente et les arbitres publics.

- les héliastes (6000 jurés issus de l'Ecclésia) représentent la nation réunie pour juger (Aristophane, Les Guêpes et Aristophane, Les Guêpes) ; ils sont répartis par tirage au sort en sections (201, 301, 401...membres suivant la gravité de l'affaire).
Après les débats, les jurés déposent dans une urne leur jeton (traversé d'une tige creuse pour la condamnation, d'une tige pleine pour l'acquittement). Les sentences des héliastes sont sans appel ; elles sont pécuniaires (amendes, confiscation des biens), politiques (privation de droits divers), corporelles (ostracisme (Aristote, Constitution d'Athènes) , supplice, mort). L'exécution est confiée aux Onze. C'est par l'Héliée que fut jugé et condamné Socrate (Platon, Eutyphron).


La vie dans la cité et hors de la cité Musée Vivant de l'Antiquité

Académie de Versailles
Courrier électronique :
Dernière mise à jour, le 29/01/02