L'ostracisme


"Il était arrivé que la tyrannie avait fait tomber les lois de Solon et que Clisthène en établit de nouvelles pour gagner la foule. Entre autres fut alors établie la loi sur l'ostracisme [...].

Quand [...] les Athéniens eurent remporté la victoire de Marathon, sous l'archontat de Phaïnippos, ils laissèrent passer deux ans après la victoire, et comme le peuple prenait plus d'audace, alors pour le première fois on appliqua la loi sur l'ostracisme, que l'on avait établie par défiance des gens puissants, parce que Pisistrate était chef du parti populaire et stratège quand il devint tyran. Le premier qui fut frappé d'ostracisme parmi ses parents fut Hipparchos, fils de Charmos, du dème de Collytos ; c'est d'ailleurs pour lui surtout que Clisthène avait établi la loi, parce qu'il voulait le chasser d'Athènes.
En effet, les Athéniens, usant en cela de l'humanité habituelle à la démocratie, laissaient habiter dans le pays les amis des tyrans qui ne s'étaient pas compromis dans les troubles ; et leur guide et leur chef était Hipparchos."

Aristote, Constitution d'Athènes, XXII


La justice à Athènes