Évocation des morts et conseils du devin Tirésias

Je creuse un carré d'une coudée ou presque ; puis, autour de la fosse, je fais à tous les morts les trois libations, d'abord de lait miellé, ensuite de vin doux, et d'eau pure en troisième ; je répands sur le trou une blanche farine et, priant, suppliant les morts, têtes sans force, je promets qu'en Ithaque, aussitôt revenu, je prendrai la meilleure de mes vaches stériles pour la sacrifier sur un bûcher rempli des plus belles offrandes ; en outre, je promets au seul Tirésias un noir bélier sans tache, la fleur de nos troupeaux.

(et Tirésias apparaît pour prédire une partie des événements du retour)

Il se peut qu'à travers tous les maux, vous arriviez au terme si tu sais consentir à maîtriser ton coeur et celui de tes gens. Aussitôt qu'échappés à la mer violette, ton solide vaisseau vous mettra sur les bords de l'Île au Trident, vous trouverez, paissant, les vaches du Soleil et ses grasses brebis ; [...] respecte ses troupeaux, ne songe qu'au retour et je crois qu'en Ithaque, à travers tous les maux, vous rentrerez encore ; mais je te garantis, si vous les maltraitez, que c'est fini de ton navire et de tes gens ; tu pourrais t'en tirer et revenir, mais quand ? et dans quelle misère ! [...] et pour trouver encore le malheur au logis ! pour y voir des bandits te dévorer tes biens et, le prix à la main, te courtiser ta femme !...

Homère, Odyssée, v. 25-33.et 104-117



Nécromancie ou évocation des morts