Comment Médée, amoureuse de Jason, l'aide à accomplir les épreuves imposées par son père Aiétès.

Médée lui (à Jason) apprit les moyens d'accomplir l'exploit que réclamait son père ; elle mêla avec de l'huile des herbes capables de le protéger contre les douleurs redoutables et lui donna cet onguent. [...] Quand Aiétès eut placé au milieu de la foule la charrue d'airain, avec les boeufs qui, de leurs fauves narines, soufflaient la flamme d'un feu ardent et, de leurs sabots d'airain, battaient tour à tour le sol, seul il les fit avancer et les mit sous le joug. Puis il les mena, poussa droit son sillon et fendant la terre .[...] et il proclama : "L'oeuvre que vous voyez, que le roi, quel qu'il soit, qui commande à ce navire (= le navire Argo) me l'exécute et il emportera le manteau indestructible, la toison rutilante aux franges d'or." À ces mots, rejetant son vêtement safrané, Jason, confiant en la divinité, se mit à l'ouvrage. Le feu ne lui faisait aucun mal, grâce aux prescriptions de l'étrangère, magicienne toute-puissante. Tirant à lui la charrue, il jeta sur les nuques bovines l'appareil fatal qui les liait, enfonça dans les larges flancs son aiguillon douloureux et le robuste héros accomplit la mesure prescrite.

Pindare, Pythiques, IV, v. 220-239



les pratiques de la magie dans la littérature grecque