Avant de tuer ses enfants, Médée s'attendrit en songeant aux espoirs qu'elle avait mis en eux.

C'est donc en vain, mes petits, que je vous ai élevés, en vain que j'ai peiné et que j'ai été déchirée de douleurs dans les cruelles épreuves de l'enfantement. Ah! je l'atteste, infortunée ! jadis je mettais en vous bien des espoirs : que vous nourririez ma vieillesse ; morte, que vous m'enseveliriez pieusement, sort envié des humains ! et maintenant c'en est fait de cette douce pensée. Sevrée de vous, je traînerai une vie de peine et de chagrin. Et vous, plus jamais vos chers yeux ne verront votre mère ; vous serez partis pour une autre existence....Las! Las! Pourquoi tourner vers moi le regard, mes enfants ? Pourquoi m'adressez-vous ce suprême sourire ? Ah! que faire ? Le coeur me manque, femmes, devant l'oeil radieux de ces enfants.

Euripide, Médée, v. 1029-1039



les pratiques de la magie dans la littérature grecque