Qu'attendent les divinités infernales pour m'obéir ?

Irritée contre la Mort, elle frappe d'un serpent vivant le cadavre immobile et à travers les fissures de la terre, ouverte par ses incantations, elle aboie contre les Mânes et rompt le silence du royaume : " Tisiphone, Mégère indifférente à ma voix, vous ne poussez pas de vos fouets cruels à travers le vide de l'Érèbe l'âme infortunée ? Je vais vous attirer sous votre vrai nom, et vous abandonner, chiennes stygiennes, dans la lumière d'en haut, vous suivre, vigilante, par les bûchers, par les cadavres, vous expulser des tombeaux, vous chasser de toutes les urnes ; et toi, Hécate, avec ta figure pâle et décharnée, je te montrerai aux dieux près desquels tu as coutume de t'avancer sous un visage d'emprunt et te défendrai de changer ta face infernale. [...] Obéissez-vous, ou faudra-t-il m'adresser à celui 8dont le nom fait toujours trembler la terre ébranlée, qui voit Gorgone à découvert et châtie Érynis tremblante sous ses coups, qui occupe les régions du Tartare à vous invisibles, pour qui vous êtes les dieux d'en haut, qui viole ses serments sur les eaux stygiennes ?"

Lucain, Pharsale, VI, v. 726-756


8 sans doute un dieu magique (Hermès trismégiste ou Osiris) qui a la suprématie sur les autres dieux.



Les pratiques de la magie dans la littérature latine