...et le cadavre ressuscite

Alors tous les muscles palpitent, les nerfs se tendent, le cadavre ne se soulève pas du sol membre par membre, mais il est repoussé par la terre et se dresse tout d'un coup. Les paupières s'écartent et les yeux se dévoilent ; il n'a pas encore la figure d'un vivant, mais d'un mourant ; la pâleur et la raideur lui restent, et il est stupéfait de revenir au monde. [...] " Parle, dit la Thessalienne, sur ce que je t'ordonne et je t'en récompenserai grandement ; car si tu dis la vérité, nous t'affranchirons, pour toute la durée de l'univers, des artifices hémoniens (= thessaliens) ; je brûlerai tes membres avec une incantation infernale dans un sépulcre tel, au moyen de bois tels que ton ombre n'écoutera plus les enchantements d'aucun magicien. Que ce soit là le prix de ta résurrection ; ni paroles ni herbes n'oseront plus interrompre ton long sommeil de Léthé, quand c'est moi qui t'aurai donné la mort.

Lucain, Pharsale, VI, v. 754-770



Les pratiques de la magie dans la littérature latine