Une mise en garde

" Garde-toi, garde-toi énergiquement des dangereux artifices et des séductions criminelles de cette Pamphilé, la femme du Milon que tu dis être ton hôte. Elle passe pour magicienne de premier ordre et experte en tout genre d'incantations sépulcrales. Elle sait, en soufflant sur des baguettes, des cailloux ou d'autres menus objets, plonger toute la lumière de ce monde sidéral dans le fond du Tartare et l'antique chaos. Aperçoit-elle un jeune homme bien fait de sa personne ? du coup, saisie par sa beauté, elle n'en détache plus ses yeux ni ses pensées. Elle lui prodigue ses caresses, s'empare de son esprit, l'enlace pour jamais dans les pièges d'un insatiable amour. Mais ceux qui manquent de complaisance et qui, par leurs dédains, encourent sa défaveur, en un instant elle les transforme en pierres, en moutons, en animaux quelconques, sans parler de ceux que simplement elle supprime. Voilà ce que je redoute pour toi et contre quoi je te mets en garde."

Apulée, Métamorphoses, II, 5



Les pratiques de la magie dans la littérature latine