Isis, la toute-puissante

"Je viens à toi, Lucius, émue par tes prières, moi, mère de la nature entière, maîtresse de tous les éléments, origine et principe des siècles, divinité suprême, reine des Mânes, première entre les habitants du ciel, type uniforme des dieux et des déesses. Les sommets lumineux du ciel, les souffles salutaires de la mer, les silences désolés des enfers, c'est moi qui gouverne tout au gré de ma volonté. [...] Prête donc aux ordres que tu vas recevoir de moi une attention religieuse. Le jour qui naîtra de cette nuit fut de tout temps, par une pieuse coutume, mis sous l'invocation de mon nom. En ce jour où les tempêtes de l'hiver se sont calmées, où les flots apaisés n'ont plus d'ouragans, où la mer devient navigable, mes prêtres, par la dédicace d'une nef encore vierge, offrent les prémices du trafic. Cette fête, tu devras l'attendre, aussi libre d'appréhension que de pensées profanes. Car, averti par moi, le prêtre, au cours même de la procession, portera dans sa main droite une couronne de roses attachée à son sistre9. Toi donc, n'hésite pas : fends les flots de la foule et, d'un pas décidé, joins-toi au cortège, en comptant sur ma bienveillance ; quand tu seras tout près, doucement, comme pour baiser la main du prêtre, tu cueilleras les roses, et du coup te verras dépouillé du cuir de cette bête maudite qui depuis longtemps m'est odieuse. Ne redoute comme difficile rien de ce que j'ai disposé. Car, dans ce même moment où je viens à toi, j'apparais d'autre part à mon prêtre pour l'instruire pendant son sommeil de ce qu'il faudra faire ensuite."

Apulée, Métamorphoses, XI, 5-6



9 instrument de musique caractéristique du culte d'Isis



Les pratiques de la magie dans la littérature latine