...et ne traduire que la voix du coeur

O muse, contiens-toi, muse aux hymnes d'airain
Muse de la loi juste et du droit souverain,
Toi dont la bouche abonde en mots trempés de flamme...

Hugo, Voix intérieures, XXXII


Les Muses