une ode triomphale


Des sublimes vertus, des couronnes qu'on gagne à Olympie, voici la douce récompense, [...] Psaumis a illustré ta ville populeuse, ô Camarine, en apportant aux dieux [...] pendant la plus grande des fêtes, le tribut de ses hécatombes et sa participation aux cinq journées de concours.
Il a pris part à l'épreuve du quadrige, à celle des mules, à celle des chevaux montés. Vainqueur il t'a fait partager sa gloire exquise ; il a fait proclamer par la voix du héraut le nom de son père Acron et celui de sa patrie.


Pindare, Olympiques, V, v. 1-19 passim

Les Jeux Olympiques dans l'Antiquité