HARPALE

Harpale est un haut dignitaire macédonien qui fait partie de l'entourage très proche d'Alexandre auprès de qui il remplit la fonction de trésorier. Il s'était rendu coupable de malversations et redoutait la colère du roi.
En 324, trahissant le roi, il s'enfuit de Babylone avec six mille mercenaires pour gagner la Grèce qu'il espère soulever. Il emporte avec lui cinq mille talents.
Arrivé devant la côte athénienne avec sa flotte de trente navires, quoique les Athéniens lui eussent octroyé le droit de cité, il n'obtient l'autorisation que de débarquer seul, comme suppliant. Il apporte avec lui une somme de sept cents talents.
Les Athéniens refusent de déférer à la demande d'extradition formulée par Antipatros, gouverneur de la Grèce mais ils arrêtent Harpale.
Deux partis s'étaient formés à Athènes. Les uns, comme Hypéride voudraient s'emparer du trésor d'Harpale et prendre à leur service ses mercenaires pour engager une guerre d'indépendance. Les autres, avec Démosthène à leur tête, refusant l'aventure, attendent la décision d'Alexandre.
L'affaire se complique lorsqu'on s'aperçoit que trois cent cinquante talents ont disparu. Hypéride poursuit Démosthène en justice pour corruption. Le tribunal (l'Aréopage) le juge coupable. Il est frappé d'une amende de cinquante talents et mis en prison.
Il s'évade et part en exil (mars 323).
Les Athéniens n'échappent à la vindicte d'Alexandre que parce qu'Harpale s'évade, s'enfuit en Crète où il est assassiné.
À la mort d'Alexandre (10 juin 323), Démosthène revient à Athènes et y est reçu triomphalement. Il se réconciliera avec Hypéride..

Textes d'accompagnement

La présence d'Harpale à Athènes a provoqué une crise politique qui a eu des suites judiciaires dont on trouve le récit dans le discours prononcé par Hypéride contre Démosthène, lequel nous est parvenu très mutilé, et dans La Vie de Démosthène de Plutarque. Le discours de Démosthène pour sa défense est perdu.

 Démosthène, après la défaite  GRECS et PERSES, après Alexandre