Portrait des Perses, en forme de réquisitoire

Leur mollesse

[...] il est impossible à des gens élevés et gouvernés comme ils sont d'avoir quelque vertu et, dans les combats de dresser un trophée sur les ennemis. Comment pourrait-il exister soit un général habile, soit un soldat courageux avec les habitudes de ces gens dont la majorité forme une foule sans discipline ni expérience des dangers, amollie devant la guerre, mais mieux instruite pour l'esclavage que les serviteurs de chez nous et chez qui ceux qui ont la plus haute réputation, sans nulle exception, n'ont jamais vécu avec le souci de l'intérêt des autres ou celui de l'État ; et passent tout leur temps à outrager les uns, à être esclave des autres, de la façon dont les hommes peuvent être le plus corrompus ? Ils plongent leurs corps dans le luxe par suite de leur richesse, ils ont l'âme humiliée et épouvantée par la monarchie, ils se laissent inspecter à la porte du palais, ils se roulent à terre, ils s'exercent de toute manière à l'humilité en adorant un mortel qu'ils nomment dieu et en se souciant moins de la divinité que des hommes.

Isocrate, Panégyrique, 150-151


PANÉGYRIQUE