Un Athénien, nommé Xénophon

Ici, Xénophon semble parler de lui pour la première fois. Or, il s'est déjà nommé dans plusieurs passages. Il dit les raisons de sa présence parmi les mercenaires :

Or, il y avait dans l'armée un Athénien, nommé Xénophon, qui ne la suivait ni comme stratège ni comme lochage (=capitaine d'un lochos : qui compte cent hommes), ni comme soldat. C'était Proxène, son hôte depuis des années, qui l'avait fait venir de chez lui. Il lui promettait, si Xénophon le rejoignait, qu'il ferait de lui un ami de Cyrus, dont il attendait plus pour lui-même, disait-il, que de sa patrie.

Xénophon, Anabase, III, I, 4