Xénophon rappelle le glorieux passé de la Grèce.

A partir du moment où il joue un rôle de premier plan, Xénophon, qui a été élu stratège, est amené à prononcer des discours devant l'assemblée des soldats pour les exhorter à suivre telle ou telle ligne de conduite. Dans un de ces discours, il rappelle le glorieux passé de la Grèce :

" Je disais donc que nous avions de nombreuses, de magnifiques chances de salut. D'abord nous confirmons par nos actes les serments que nous faisons aux dieux, tandis que nos ennemis ne sont que des parjures et qu'ils ont rompu la trêve, contrairement à leurs serments. Puisqu'il en est ainsi, il est naturel que les dieux soient les adversaires de nos ennemis et qu'ils soutiennent notre cause, ces dieux qui sont capables d'humilier en un clin d'oeil les grands et de sauver les humbles, même dans les plus grands périls, quand telle est leur volonté. Ensuite, car je vais vous rappeler les dangers que coururent nos ancêtres, pour que vous sachiez combien il vous sied d'être des braves, et qu'avec l'aide des dieux les braves se sauvent même des périls les plus effrayants. Quand les Perses, en effet, et ceux qui les accompagnaient vinrent en nombre immense pour anéantir Athènes, les Athéniens osèrent leur tenir tête tout seuls, et ils les vainquirent. [...] Plus tard, quand Xerxès eut réuni son innombrable armée et qu'il marcha contre l'Hellade, encore une fois alors nos ancêtres vainquirent les ancêtres de ces gens-ci et sur terre et sur mer. On peut voir dans les trophées des témoignages de ces victoires, mais le plus grand témoignage que nous en ayons, c'est la liberté des cités dans lesquelles, vous autres Grecs, vous êtes nés et avez grandi : aucun homme, en effet, n'est adoré par vous comme étant votre maître, vous n'adorez que les dieux seuls. Voilà les ancêtres dont vous êtes les fils."

Xénophon, Anabase, III, II, 10-13