Dimension sociale et festive du sacrifice


Dans son oraison funèbre prononcée en l'honneur des victimes de la première année de la guerre du Péloponnèse, Périclès fait l'éloge des valeurs et du mode de vie des Athéniens :

D'ailleurs, pour la reposer de ses fatigues, nous avons ménagé à l'âme de très nombreux délassements, recourant aux concours et aux sacrifices, qui emplissent l'année, et à des divertissements de choix, de caractère privé, dont l'agrément journalier dissipe les chagrins.

Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, II, 38, trad. J. Casabona


le sacrifice