Imprécation contre le parjure


Ariston, après avoir rappelé le serment qu'il a prêté, ajoute.

Si je jure la vérité, puissé-je être comblé de biens, et que plus jamais pareil malheur ne m'advienne! Si je me parjure, puissé-je périr, moi et tout ce qui est à moi ou le sera.

Lysias, Contre Conon, 41


La prière