Purification d'Oreste


Oreste s'adresse à Athéna :

Je ne suis pas un être impur ; ce n'est point une souillure aux mains que je me suis assis aux pieds de ta statue. Je t'en fournirai une bonne preuve. La loi défend au meurtrier d'élever la voix, mais jusqu'au jour seulement où, par les soins d'un purificateur du sang répandu, le sang d'une jeune bête égorgée a coulé sur lui " et a chassé loin de lui la souillure.

Eschyle, Les Euménides, v.445-450


Lieux sacrés et cultuels