Les Eumolpides et les Kérykes


Pausanias rapporte les traditions concernant les ancêtres de ces familles à qui étaient réservés les sacerdoces du culte des Mystères :

Les Athéniens ont la même tradition que les Eleusiniens pour identifier le tombeau d'Eumolpos. Cet Eumolpos, disent-ils , vint de Thrace; c'était le fils de Poséidon et de Chioné. Chioné était, dit-on, la fille du vent Borée et d'Orithyie [...].

Au cours de la bataille des Eleusiniens contre les Athéniens, Erechthée, le roi d'Athènes, fut tué, tué aussi Immarodos, le fils d'Eumolpos. On met fin alors à la guerre aux conditions suivantes : les gens d'Eleusis seraient en tout soumis aux Athéniens, mais ils célébreraient les mystères en toute indépendance. Le culte des Deux Déesses était assuré par Eumolpos et les filles de Céléos [...].

A la mort d'Eumolpos, subsiste seul Kéryx, le plus jeune des fils, Kéryx que les Kérykes eux-mêmes disent fils d'Aglaure, la fille de Cécrops et d'Hermès, mais non d'Eumolpos.

Pausanias, Description de la Grèce, I, 38, 2-3


Les prêtres