Le bûcher de Patrocle


- la crémation d'animaux familiers et d'ennemis - ses os recueillis.

Les intimes seuls restent là ; ils entassent le bois et bâtissent un bûcher qui mesure cent pieds dans un sens et dans l'autre. Au sommet du bûcher, ils déposent le mort, le coeur désolé. [...] Avec de grands gémissements, prestement, sur le bûcher, Achille jette quatre cavales altières. Sire Patrocle avait neuf chiens familiers : il coupe la gorge à deux et les jette sur le bûcher. Il fait de même pour douze nobles fils des Troyens magnanimes.[...]

(A l'aube, après la crémation, Achille s'adresse à ses compagnons):

"Avec le vin aux sombres feux, commencez donc par éteindre le bûcher, entièrement, partout où a régné la fougue de la flamme. Recueillons ensuite les os de Patrocle, fils de Ménoetios. Distinguons-les soigneusement ; ils se laissent aisément reconnaître : ils sont au milieu du bûcher, tandis que les autres ont brûlé à part, à l'extrême bord, hommes et chevaux ensemble."[...]

Il dit et tous d'obéir au Péléide aux pieds rapides. Avec le vin aux sombres feux ils commencent par éteindre le bûcher, partout où a été la flamme, où s'est déposée une cendre épaisse. En pleurant, ils recueillent les os blancs de leur bon compagnon dans une urne d'or, avec double couche de graisse; ils les déposent ensuite dans la baraque, ils les couvrent d'un mince tissu. Ils dessinent alors le cercle d'un tombeau et en jettent les bases tout autour du bûcher

Homère, Iliade, XXIII, v.163-175, 237-242, 249-256


La Mort