La naissance


La famille et la maison sont le premier milieu sacré de l'individu. A chaque naissance, un rituel vise à rattacher l'enfant au foyer dont il est issu ; ce rituel est celui de la fête familiale des Amphidromies qui consacre la reconnaissance officielle du nouveau-né par son père.

Cette fête qui a lieu selon les endroits le cinquième, le septième ou le dixième jour après la naissance, consiste, comme son nom l'indique (amphi : autour, dromos : course), à porter le nouveau-né en courant en cercle autour du foyer de la maison, sous la protection d'Hestia, la déesse de l'espace familial, puis à déposer l'enfant directement sur le sol, symbole de son intégration au foyer paternel et au monde humain. (Platon, Théétète)

La cérémonie comporte aussi pour la mère et les femmes qui l'ont assistée, des lustrations pour les débarrasser des impuretés consécutives à la naissance.

Le dixième jour, à Athènes, on donne un nom à l'enfant et les membres de la famille se réunissent à nouveau pour un sacrifice suivi d'un banquet. (Aristophane, Les Oiseaux) Le dernier jour de la fête des Apatouries, les enfants nés dans l'année, sont présentés à la phratrie par leur père.

Quand l'enfant n'est pas reconnu par son père, il est alors exposé loin de la maison, à l'écart de toute habitation et de tout lieu cultivé. Cette coutume est donc l'inverse du rite d'intégration au foyer des Amphidromies. (Sophocle, Oedipe Roi)

Religion II La vie dans la cité et hors de la cité Musée Vivant de l'Antiquité