Les prêtres

Ils sont très nombreux (c'est une conséquence du nombre élevé de dieux), et sont regroupés en "collèges" ; certains sont plus importants, plus respectés que d'autres, et cette hiérarchie reflète en partie l'organisation des dieux eux-mêmes. Tout en haut de l'échelle, "rex sacrorum" roi des sacrifices ; sa fonction est purement honorifique et rappelle les temps anciens où pouvoir civil et pouvoir religieux étaient aux mains d'une seule personne. A ses côtés, le Grand Pontife "Pontifex Maximus" (mot à mot le grand constructeur de ponts), qui exerce, lui, un pouvoir bien plus réel : à la tête du collège des pontifes, il rédige le calendrier, consacre les édifices, garde les livres sacrés, nomme les autres prêtres : flamines et vestales. Et pourtant, une fonction aussi importante que celle du pontifex maximus a pu, une fois, rester vacante pendant 75 ans !
Le collège des pontifes comprend neuf membres ; pendant longtemps, le renouvellement s'est fait par cooptation ; à partir du troisième siècle, le pontifex maximus a été élu, parmi les pontifes, par une assemblée spéciale, formée de 17 tribus sur les 35 de la cité ; à partir de 104, par la Lex Domitia, cette assemblée élit également les pontifes, les augures, les décemvirs et les septemvirs (ce sont les quatre collèges majeurs).
Le collège des Vestales est formé de quatre, puis six, puis sept femmes dont la fonction la plus apparente était de garder éternellement allumé le feu sacré de la cité. D'origine patricienne, elles sont désignées très jeunes (avant d'avoir dix ans) par le Pontifex Maximus, qui dès lors, exerce sur elles l'autorité parentale. Elles assurent leur sacerdoce pendant trente ans, après quoi elles peuvent retourner à la vie normale, ou bien prendre une sorte de retraite. Les Vestales, qui ont à leur tête la grande vestale, sont très respectées des Romains et jouissent de privilèges nombreux, parmi lesquels celui de pouvoir gracier un condamné qu'elles rencontreraient. Le collège des Vestales a pour mission principale de veiller sur le feu sacré de la cité, dans le temple de Vesta. Elles font voeu de chasteté, ne se marient pas et restent pures: en cas de manquement à ce voeu, elles sont enterrées vives ; un tel événement est souvent interprété par les Romains comme un très mauvais présage pour la cité (Tite-Live, Histoire romaine) .
Les flamines, au nombre de quinze, sont des prêtres attachés chacun au culte d'un dieu particulier ; trois d'entre eux sont plus importants, les flamines majeurs : ils servent l'un Jupiter (et on l'appelle "flamen dialis"), le deuxième Mars, et le dernier Quirinus (c'est un vestige de l'organisation tripartite de la religion des peuples indo-européens) ; les flamines mineurs servent Vulcain, Vulturne, Portunus, Palès, Carmenta... (on reconnaît des noms déjà rencontrés dans le calendrier des fêtes). A l'époque impériale, il y eut aussi des flamines attachés au culte de l'empereur. La vie du "flamen dialis" est passablement compliquée, faite d'une suite invraisemblable d'interdictions auxquelles il doit se soumettre : ne pas s'éloigner de Rome, ne porter aucun noeud sur lui, ne pas paraître nu sous le ciel, ne pas voir l'armée, ne pas monter à cheval, ne pas toucher les morts, ni même rien qui évoque la mort.
D'autres collèges sacerdotaux existent encore :
- les fétiaux qui interviennent lors des déclarations de guerre et des traités de paix,
- les Saliens chargés de la garde du bouclier sacré censément tombé du ciel. La tradition rapporte que, du temps de Numa, un bouclier est tombé du ciel. Comprenant vite qu'il s'agit d'un don divin, Numa le place en un endroit réservé (la Curia Saliorum) et fait faire onze copies de l'original, pour que nul ne puisse le reconnaître. La garde de ces douze boucliers (ancilia) sacrés qui se mettent en mouvement en cas de danger est confiée aux Saliens organisés en confrérie (sodalitas).
- les Arvales. Les fils d'Acca Larentia, nourrice des jumeaux fondateurs, ont été les premiers Arvales. Lorsque l'un d'eux mourut, Romulus lui-même prit sa place. Les Arvales étaient au nombre de douze, et ils invoquaient le dieu Mars pour qu'il accorde la prospérité aux champs (arua). On peut s'étonner de trouver le dieu de la guerre dans une prière de type agraire : rappelons seulement que la saison de la guerre est également la saison agricole. On en voit un exemple dans les deux fêtes Equirria.
- les Luperques, etc...
Contrairement à ce qu'on pourrait penser, l'exercice d'une fonction religieuse n'empêche pas un citoyen de mener une vie normale : les prêtres se marient, ont des enfants (sauf les Vestales pendant la durée de leur sacerdoce), et peuvent cumuler (Cicéron, De domo sua) magistrature religieuse et magistrature civile, ou passer de l'une à l'autre : César était aussi Pontifex Maximus (C.I.L.) (comme le seront tous les empereurs) (C.I.L.), et le flaminat de Jupiter ouvrait souvent la voie à des magistratures civiles prestigieuses (M. Papillius Laenas était flamine Carmental et consul. Marc-Antoine était luperque et sénateur. C. Valerius Flaccus, flamine Dialis de 209 à 174, édile curule en 199, préteur en 183.) (Res gestae divi Augusti). En revanche, la qualité de prêtre d'Artémis à Nemi semble peu enviable : il est assassiné, dans le bois sacré du sanctuaire, par celui qui veut prendre sa place (Strabon, Géographie) !
Les haruspices et les augures, organisés également en collège, seront présentés dans la partie consacrée à religion et superstition.


LA RELIGION ROMAINE