Le site de Rome : un heureux choix

Comment Romulus eût-il pu plus génialement s'assurer tous les avantages de la mer et en éviter les inconvénients, qu'en situant sa ville sur la rive d'un fleuve permanent, toujours égal à lui-même et allant à la mer par un large estuaire, de façon qu'elle pût importer par mer ce dont elle manquait et exporter au loin son superflu ? Tout ce qui est nécessaire à l'entretien et à l'embellissement de la vie, ce même fleuve lui permettait de le recevoir par mer ou lui apportait de l'intérieur des terres ; [...] nulle autre partie de l'Italie n'eût pu convenir aussi bien à une ville ainsi dominatrice.
Quant aux défenses naturelles de Rome, qui peut être assez inattentif pour ne pas les remarquer et les reconnaître ? [...] Le tracé des remparts fut conduit par une suite de collines partout escarpées et abruptes, de façon à ne laisser qu'un seul passage entre l'Esquilin et le Quirinal, passage fermé par un retranchement et un large fossé ; et la citadelle appuyée sur un rocher à pic entouré d'une muraille solide, était si forte que, même dans la tempête effroyable que déchaîna l'arrivée des Gaulois, elle resta sauve et inviolée.

Cicéron, De republica, II, V-VI (trad. Ch. Appuhn, classiques Garnier).


 Le site