Un établissement de bains

Voici que de tous côtés des cris variés résonnent autour de moi. J'habite juste au-dessus d'un établissement de bains. Imagine-toi maintenant toutes les espèces de cris qui peuvent offenser les oreilles : quand les plus robustes s'exercent et agitent leurs mains lestées d'haltères, quand ils ahanent - ou font semblant - j'entends leurs soupirs chaque fois qu'ils expirent l'air qu'ils retenaient, leur respiration sifflante et pénible ; quand je tombe sur quelqu'un de passif et qui se contente d'une vulgaire friction, j'entends le claquement de la main qui frappe les épaules, qui, selon qu'elle touche les parties plates ou les parties creuses, rend un son différent. Alors si un joueur de balle survient et se met à compter les coups (qu'il réussit) c'est la fin de tout ! Ajoute là-dessus un querelleur, un voleur pris sur le fait et celui qui prend plaisir à entendre sa voix dans l'établissement. Ajoute maintenant ceux qui plongent dans la piscine avec un bruit effroyable d'eau repoussée. [...] Et puis encore les cris variés du marchand de gâteaux, du vendeur de saucisses, du confiseur et tous les garçons de tavernes qui proposent à la vente leur marchandise, chacun avec une modulation reconnaissable...

Sénèque, Lettres à Lucilius, 56 (traduction E. Girard)


Maisons et monuments divers