La science grecque à l'époque classique


Au cinquième siècle les savants grecs les plus connus sont Héraclite, Anaxagore, Empédocle et Démocrite. Tous ont cherché à découvrir de quelle matière est faite le monde, quel en a été l'élément primitif (eau ? terre ? air ? feu ?) et comment il fonctionne.
Héraclite (fin VIème siècle - début Vème siècle), originaire d'Ephèse en Ionie, fait du feu l'élément primordial et, pour lui, tout est perpétuellement en mouvement (HERACLITE, fragment 9) et les contraires se complètent (HERACLITE, fragment 111).
Empédocle d'Agrigente (490-435 avant J.C.) a découvert le premier que la lune emprunte sa lumière au soleil et a donné une explication scientifique exacte des éclipses de soleil (EMPEDOCLE, fragment 45).
Anaxagore de Clazomènes en Ionie (500-428 avant J.C.) prétendait que le ciel était sa patrie et la contemplation des astres sa mission. Il conçoit le monde et ses substances innombrables et impérissables (ANAXAGORE, fragment 17) comme organisés par un être pensant qu'il appelle Nous (= l'intelligence).
Démocrite d'Abdère, en Thrace (460-370 avant J.C.) est considéré comme le fondateur de l'atomisme ; il cherche l'explication des phénomènes physiques et psychologiques dans des causes purement mécaniques, excluant tout élément mythique de sa pensée (DIOGENE LAERCE, Vies et doctrines des philosophes illustres) .
Les combinaisons des atomes, leur mouvement, dû uniquement au hasard, forment des mondes innombrables. La pensée de Démocrite fut reprise plus tard par Epicure (341-270 avant J.C.) et Lucrèce le grand poète latin du Ier siècle avant J.C., dans son De natura rerum.
Néanmoins cette recherche rationnelle de la vérité scientifique a beaucoup de mal à triompher de l'ignorance, des superstitions traditionnelles et de la crainte qu'elles faisaient naître. Longtemps, par exemple, les éclipses (de soleil ou de lune) furent considérées comme des signes funestes (PLUTARQUE, Vies) .
On condamnait même ces penseurs hardis (PLUTARQUE, Vies et PLATON, Lois). Anaxagore fut emprisonné et Socrate lui-même fut condamné à mort parce que, prétendait l'acte d'accusation, "il recherche indiscrètement ce qui se passe sous la terre et dans le ciel". En revanche, au IVème siècle, Platon (428-347 avant J.C.) professe qu'on peut croire à la divinité tout en expliquant les phénomènes de façon scientifique.
Aux explications toutes matérielles du monde, Platon substitue un principe supérieur à la nature, qui participe au divin.


LA SCIENCE GRECQUE