Les origines

Ils font partie des peuples des steppes. Nous connaissons par Hérodote l'origine qu'ils s'attribuaient eux-mêmes (Hérodote, L'Enquête) ainsi que celle imaginée par les Grecs (Hérodote, Histoires).
Les historiens modernes, s'ils ne tiennent évidemment pas pour vraies ces légendes, ne les méprisent pas pour autant. Ils s'attachent à dégager la signification du thème à la fois mythique (les objets en or qui tombent du ciel et qui reviennent au troisième fils) et folklorique (le plus jeune fils, héros fondateur de la nation scythe) : le peuple se partage en trois catégories sociales, celle des agriculteurs, symbolisée par la charrue et le joug, celle des guerriers (la hache-sagaris) et celle des prêtres (la coupe à libations). Cette répartition trifonctionnelle est celle-là même que Georges Dumézil a décrite dans ses ouvrages et qui est propre aux peuples indo-européens.
Quant à la troisième tradition, celle à laquelle va la préférence de l'historien grec, à savoir qu'ils sont intervenus dans l'histoire du monde de l'Asie Mineure et des plateaux iraniens en chassant devant eux les Cimmériens parce qu'ils étaient eux-mêmes délogés de leurs territoires par les Massagètes (Hérodote, Histoires), elle a l'avantage de restituer une réalité : les Scythes, comme les Mèdes et les Perses, comme les Cimmériens et bien d'autres, sont depuis des centaines d'années des nomades venus des confins de la Chine qui se déplacent d'est en ouest à la recherche de pâturages nouveaux qui leur permettent d'augmenter leur cheptel. Ces mouvements migratoires sont rendus possibles grâce à l'emploi du cheval comme monture, qui a dû intervenir vers la fin du IIe millénaire av. J.-C. (dans certaines régions, l'Égypte par exemple, on savait atteler les chevaux à des chars). Ces peuples se sédentariseront plus ou moins vite, plus ou moins complètement, une fois entrés en contact avec les peuples installés dans les contrées dans lesquelles ils font irruption.

Ces peuples en mouvement sont des Indo-Européens, leurs langues remontent à une même origine. Ils mènent le même genre de vie : ils se déplacent à cheval, ils utilisent des chariots, ils couchent sous la tente, ils sont habillés d'une manière identique (pour les hommes bonnets, pantalons, tuniques, bottes), Il y a entre eux une communauté de moeurs et de croyances, ils conçoivent de la même manière l'organisation de la société et la répartition des fonctions dans la société, l'attribution et l'exercice du pouvoir. Ils ont auprès des autres peuples, ceux qu'ils rencontrent sur leur chemin et avec qui ils entrent en conflit, une réputation de violence et de barbarie, ils sont belliqueux et, encore au VIe siècle, ils pratiquent les sacrifices humains (femmes et esclaves).


Les Scythes