chez les Ossètes

Georges Dumézil, dans un article où il étudie la riche épopée des héros Nartes, qui s'est formée et conservée dans le Caucase du Nord, parle du rôle primordial joué par les Ossètes dans la création de cette épopée. Les Nartes sont des héros mythiques, qui ont vécu avant les hommes. Ils ont combattu et vaincu des géants avant de disparaître eux-mêmes, punis par les dieux "pour leur impiété ou leur insolence"

Au sud des Tchétchènes-Ingouches, au coeur même du Caucase, vit un peuple tout différent, capital dans notre problème : les Ossètes, qui parlent,eux, une langue indo-européenne [...].
Plus exactement, ils parlent une langue du rameau iranien de l'indo-européen [...]. Leurs ancêtres n'ont pourtant jamais vu l'Iran, n'ont pas émigré de l'Iran au Caucase. La philologie du XIXe et du XXe siècles a montré que l'ensemble de peuples que nous appelons "iraniens", d'après la localisation des principaux, a débordé beaucoup, dès les origines, l'aire géographique du plateau de l'Iran. En particulier, cinq cents, quatre cents ans avant Jésus-Christ et plus tard, les peuples que les Grecs, les Romains et les Byzantins ont connus, nomades ou sédentaires, dans le sud de la Russie actuelle, sous le nom de Scythes, de Sarmates, d'Alains, de Roxolans, etc. étaient étroitement apparentés, quant au langage, aux grandes sociétés impériales qui, avec les Achéménides, les Arsacides, les Sassanides, ont plusieurs fois commandé de la Syrie et du Bosphore jusqu'à l'Inde et au golfe Persique. Or les Ossètes sont les derniers survivants, réfugiés, enfoncés dans le Caucase, de ce vaste groupe des Iraniens extérieurs, des "Iraniens d'Europe" : on comprend ainsi l'extraordinaire intérêt qu'ils présentent pour le linguiste et pour le folkloriste comme pour l'historien.
[...]
C'est chez les Ossètes, et sans doute déjà en partie chez leurs lointains ancêtres scythiques, que le gros de l'épopée , ses principaux personnages, se sont formés.
[...]
[Le] nom générique [des Nartes], bien que la dérivation, en linguistique "scythique", fasse quelque difficulté, ne signifie certainement pas autre chose que "héros, viri", et se rattache au sanskrit et à l'iranien nar - "homme, guerrier" (grec anêr, etc.)
On trouve chez les Nartes des traits caractéristiques des moeurs propres aux Scythes et aux Sarmates comme la liquidation physique des vieillards par les jeunes et une communauté de croyances avec les Scythes dont nous ferons état plus tard dans l'exposé et dans les citations.

Georges Dumézil, L'épopée Narte in La Table Ronde N°132, Décembre 1958


Les Scythes