le pays des Sauromates

Limites à l'Est, le pays des Sauromates

Passé le Tanaïs, ce n'est plus la Scythie ; le premier lot de terre appartient aux Sauromates, qui, à partir du fond du Palus Maiotis occupent, en allant vers le vent du Nord, sur une étendue de quinze jours de marche, un territoire totalement dépourvu d'arbres, sauvages ou cultivés. Au-dessus d'eux, un second lot appartient aux Boudins, qui occupent un territoire entièrement couvert d'une forêt composée de toute sorte d'essences.

Hérodote, Histoires, IV, 21-22

À l'origine de son cours (il s'agit du Tanaïs = le Don), il sort d'un grand lac, et il débouche dans un autre encore plus grand, appelé Maiotis, qui forme la limite entre les Scythes royaux et les Sauromates. Dans ce Tanaïs se jette un autre fleuve, nommé Hyrgis (=le Donetz).

Hérodote, Histoires, IV, 57

Plus loin (cf. annexe : les Scythes et les Amazones), la nation des Sauromates est présentée comme la fusion des Amazones et des jeunes Scythes qui ont accepté de les suivre au-delà du Tanaïs.

Arrivés dans la contrée où ils habitent présentement, ils y établirent leur demeure. Depuis lors, les femmes des Sauromates mènent le genre de vie de leurs antiques aïeules : elles vont à la chasse à cheval, et avec leurs maris et sans eux ; elles vont à la guerre ; elles portent le même accoutrement que les hommes. Les Sauromates usent de la langue scythique que, depuis les temps anciens, ils parlent de façon incorrecte, parce que les Amazones ne l'avaient pas apprise parfaitement. Voici quelle est chez eux la règle en matière de mariage : aucune jeune fille ne se marie avant d'avoir tué un ennemi : il en est qui meurent et qui meurent vieilles, avant d'être mariées, faute de pouvoir satisfaire à cette loi.

Hérodote, Histoires, IV, 116-117

Hérodote parle longuement des autres peuples voisins des Scythes, les Argippéens, les Hyperboréens et il dresse une véritable carte du monde. Il serait trop long de nous étendre sur ces sujets.


Le pays des Scythes