Anacharsis

Les Scythes ont la réputation d'être opposés aux influences extérieures. Par la force des choses cependant, comme nous le disons, des relations durables s'établirent entre eux et les Grecs. Deux personnages, Anacharsis et un roi, Skylès, entretinrent des relations plus approfondies avec les Grecs. Voici ce qu'en dit Hérodote.

Le Pont-Euxin [...] est de toutes les contrées celle qui, les Scythes mis à part, offre les populations les plus ignorantes et [...] nous ne connaissons aucun homme instruit qui y soit né, exception faite du peuple scythe et d'Anacharsis.

Histoires, IV, 46

Les Scythes [...] répugnent terriblement à adopter des coutumes étrangères, que ce soient celles d'autres peuples ou surtout les coutumes helléniques ; ils le firent bien voir dans le cas d'Anacharsis et de nouveau, après lui, dans le cas de Skylès. Anacharsis, après avoir visité beaucoup de contrées et y avoir donné de grandes marques de sagesse (il fut admis au nombre des Sept Sages et fut un inventeur, dit-on), retournait au pays où vivent les Scythes ; comme il traversait l'Hellespont, il aborda à Cyzique ; et trouvant les Cyzicéniens en train de célébrer en l'honneur de la Mère des Dieux ( =Cybèle) une fête somptueuse, il fit un voeu, s'il rentrait chez lui sain et sauf, d'offrir à la Mère un sacrifice comme il le voyait faire par les Cyzicéniens et d'instituer en son honneur une veillée sacrée (rentré au pays, il est surpris par un Scythe dans l'accomplissement de son voeu). Quand le roi Saulios, prévenu, [...] eut vu Anacharsis faisant ce qu'il faisait, d'un coup de flèche il le tua. Et aujourd'hui, si quelqu'un interroge les Scythes sur Anacharsis, ils disent ne pas le connaître, pour la raison qu'il avait voyagé en Grèce et adopté des moeurs étrangères.

Histoires, IV, 76

Hérodote rapporte une autre version du voyage en Grèce d'Anacharsis (il serait allé en Grèce et se serait mis à l'école de la Grèce à l'initiative du roi des Scythes) mais il la récuse avec force.


L'histoire des Scythes