La pauvreté du pays en bois. De ce fait découle la manière de cuire les viandes.

Le pays des Scyhes étant terriblement pauvre en bois, voici ce qu'ils ont imaginé pour la cuisine des viandes. Lorsque les victimes sont écorchées, ils séparent les chairs des os, qu'ils mettent à nu ; cela fait, ils les jettent dans des chaudrons du pays, s'ils se trouvent en posséder; [...] ils les jettent dedans, et ils les y font cuire en brûlant dessous les ossements des victimes. S'ils n'ont pas de chaudron, c'est dans la panse des animaux qu'ils mettent toutes les chairs en y mêlant de l'eau, et ils brûlent les os par dessous. Ces os brûlent très bien ; la panse contient aisément les chairs désossées ; ainsi un boeuf se fait cuire lui-même, et les autres victimes aussi, chacune elle-même.

Hérodote, Histoires, IV, 61

N.B. Il faut peut-être ici relativiser le propos d'Hérodote. La steppe n'était pas aussi dépourvue d'arbres qu'il le dit. On y trouvait des bois de chênes, d'ormes et de frênes.


Les tâches des femmes