Une coïncidence troublante.

On a retrouvé, tout autour du grand kourgane d'Arjan, des restes de chevaux qui ne comportaient plus que la boîte crânienne et les os de l'extrémité des membres ; la colonne vertébrale, les côtes, les grands os, tout ce qui constitue ordinairement la masse du matériel osseux est absent, comme si les animaux avaient été traités de la façon que décrit Hérodote. Quant à la présence de cavaliers fantômes, elle n'est nulle part attestée. Pourtant, il est une coutume ossète qui en est peut-être un écho assourdi. Elle consiste, un an tout juste après la mort du défunt, à fabriquer un mannequin à son effigie, qu'on habille de ses vêtements et auquel on propose à boire et à manger.

Véronique Schiltz, Les Scythes


Les rites funéraires