Le kourgane de Solokha

Le kourgane de Solokha fouillé en 1912-1913 (dix-neuf mètres de haut ; diamètre à la base : environ cent mètres) abritait deux tombes royales. La tombe centrale avait été visitée très anciennement, la tombe latérale était intacte. L'autre intérêt de cette découverte, c'était qu'elle confirmait le récit d'Hérodote.

Cette fois-ci, le résultat dépassa les plus folles espérances ; la sépulture latérale, absolument intacte, était celle d'un homme, un roi couvert d'or. Son vêtement était cousu d'une multitude de plaquettes d'or dont certaines montraient, comme à Koul-Oba, deux Scythes fraternisant. Au cou il portait un torque en or dont les extrémités étaient, une fois encore, ornées de têtes de lion. Ses jambes étaient couvertes de jambières en bronze. Outre un casque en bronze, il y avait là une épée au fourreau plaqué d'or, un carquois revêtu d'argent contenant cent quatre-vingt pointes de flèche en bronze, de la vaisselle d'argent, une superbe phiale en or au foisonnant décor animalier et surtout un peigne en or massif surmonté d'une scène de combat moulée en un double relief qui nous montre les personnages sur leurs deux faces.


V. Schiltz, La redécouverte de l'or des Scythes


Les Kourganes