Fonction des surmonts

Or des études récentes, analysant tant leurs caractéristiques formelles que le contexte de leur trouvaille, montrent qu'il s'agit là d'objets dont la fonction première était celle d'un marquage de l'espace, de son appropriation à des fins rituelles. On les retrouve souvent par deux ou par quatre, ce qui suggère une disposition axiale, la définition d'un quadrilatère ou d'un espace ouvert orienté par une croix. Par ailleurs, leurs hampes semblent n'avoir eu d'autre raison d'être que leur verticalité même qui, outre qu'elle permet de voir ce qui les coiffe, fait écho à la conception d'un cosmos organisé à la verticale, et matérialise le lien existant entre les trois niveaux. À l'image du Pilier du Monde, ou de l'Arbre Cosmique, ces marqueurs verticaux autorisaient la communication entre les trois zones : permettant aux dieux de descendre sur terre, aux défunts d'accomplir leur voyage vers leurs demeures souterraines, et aux vivants de rester en contact avec les uns et les autres.
Toujours visuellement très expressives, les images qui les surmontent -rapaces, griffons, têtes cornues et surtout cerfs et bouquetins- appartiennent au répertoire animalier le plus fortement chargé de sens symbolique. Quant à l'élément sonore, il vient en renforcer l'efficacité.
Isolant au sein d'un espace indifférencié une enclave sacralisée, ils pouvaient tout aussi bien marquer l'espace mobile du char funèbre que celui de la sépulture, ou encore consacrer le champ des rituels de la mort.

V. Schiltz, Les Scythes, op. cit.

L'archéologie nous révèle essentiellement les usages funéraires des surmonts mais ils ont dû jouer un rôle dans bien d'autres circonstances.
D'autre part, V. Schiltz souligne, quant à l'appropriation de l'espace, l'opposition fondamentale entre sédentaires et nomades : les sédentaires délimitent d'une façon stricte l'espace dans lequel ils vivent et lui confèrent par là-même un caractère sacré, les nomades "donnaient sens à l'espace [au moyen des surmonts], l'orientant sans l'enfermer et le sacralisant au fur et à mesure de leurs déplacements". Espace enfermé d'un côté, ouvert de l'autre.


Les objets créés