Justice et clémence


On pardonne à celui qui aurait dû être puni ; or, le sage ne fait jamais ce qu'il ne doit pas faire et ne manque jamais à faire ce qu'il doit ; donc il ne fait pas remise de la peine qu'il doit infliger. Mais [...] le sage aura des ménagements, montrera de l'intérêt et rendra meilleur : il agira exactement comme s'il pardonnait, mais ne pardonnera point, puisque pardonner c'est avouer que l'on a sacrifié une partie de son devoir.
Dans tel cas, il se bornera à des paroles d'avertissement ; [...] les ennemis de la patrie, il les renverra sains et saufs, parfois même avec éloge, s'ils se sont laissés entraîner à la guerre pour des motifs honorables. [...]
Ce sont là actes non de pardon, mais de clémence. La clémence garde sa liberté de décision, elle prononce non d'après un texte, mais au nom du juste et de l'honnête ; elle a en même temps le droit d'absoudre et celui d'évaluer le dommage au taux qu'il lui plaît ; et, ce faisant, elle ne croit en aucun cas avoir moins fait que la justice ne l'exigeait, mais elle considère qu'elle a pris la mesure qui était précisément la plus juste.

Sénèque, De Clementia, V, 1-4


L'œuvre de Sénèque